Les 15 Meilleurs jeux de la Nintendo 64

Lorsque la Nintendo 64 a fait son entrée sur le marché en 1996, elle a transformé le paysage du jeu vidéo, introduisant des innovations qui ont redéfini ce que signifie jouer en 3D. 

Aujourd’hui, en revisitant les meilleurs jeux Nintendo 64, nous célébrons non seulement la technologie avant-gardiste et la manette innovante de la console, mais aussi son catalogue extraordinaire qui continue de captiver l’imagination des joueurs. Ces titres ne sont pas de simples jeux ; ils sont des icônes, des pionniers qui ont établi des normes pour les générations futures.

Cet article est une ode aux meilleurs jeux Nintendo 64, un hommage aux chefs-d’œuvre qui ont marqué cette ère dorée du jeu vidéo. De l’aventure intemporelle offerte par The Legend of Zelda : Ocarina of Time à l’expérience multijoueur révolutionnaire de GoldenEye 007, et les courses palpitantes de Mario Kart 64, chaque jeu que nous allons explorer représente le sommet de l’innovation et du divertissement sur la N64.

Sélectionner seulement 15 titres pour cet article sur les meilleurs jeux Nintendo 64 n’a pas été une tache aisée tant la console de Nintendo regorge de pépites.

Allez, préparez-vous à revivre l’émerveillement et la joie que ces titres légendaires continuent d’inspirer chez les joueurs de toutes les générations.

The Legend of Zelda : Ocarina of Time

Ocarina of Time

Ah, “The Legend of Zelda : Ocarina of Time” sur Nintendo 64—par où commencer avec une telle pièce monumentale de l’histoire du jeu vidéo ? Sorti en 1998, ce chef-d’œuvre n’était pas juste un jeu ; c’était un univers dans lequel beaucoup d’entre nous se sont volontairement perdus, encore et encore. Fruit de l’imagination de l’équipe EAD de Nintendo, dirigée par le visionnaire Shigeru Miyamoto, Ocarina of Time n’était pas simplement une évolution de la série ; c’était une révolution, pas seulement pour la série, mais aussi dans le monde du jeu.

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez mis le pied dans les pleines d’Hyrule ? L’immensité de celles-ci, une étendue en 3D qui s’étirait à perte de vue, invitant à l’exploration et à l’aventure d’une manière que nous n’avions jamais expérimentée auparavant. Le jeu rompait avec la vue traditionnelle de dessus de la série, présentant un monde ouvert et entièrement exploratoire à couper le souffle. Il ne s’agissait pas simplement de se déplacer du point A au point B ; il s’agissait de vivre dans un monde, de s’imprégner de son atmosphère et de découvrir ses secrets à son propre rythme.

Ocarina of Time a introduit des mécaniques qui deviendraient des incontournables dans le lexique du jeu vidéo. Le système de visée Z, par exemple, permettait un combat dynamique et fluide qui nous faisait nous sentir comme des guerriers aguerris, plutôt que des amateurs tapant frénétiquement sur les boutons. Et qui pourrait oublier Épona ? Invoquer votre cheval avec une mélodie inoubliable, puis galoper à travers les pleines d’Hyrule était juste magique.

Mais ce ne sont pas seulement les innovations techniques qui ont fait d’Ocarina of Time une légende ; ce sont les souvenirs qu’il a laissés dans la mémoire de chaque joueur s’y étant essayé. Résoudre des énigmes dans le Grand Arbre Mojo, le frisson de l’affrontement contre Ganondorf, et la mélodie douce-amère de l’Ocarina qui pouvait manipuler le temps lui-même. 

Aujourd’hui, l’héritage d’Ocarina of Time est évident dans chaque aventure en monde ouvert qui cherche à immerger et à enchanter. Ocarina of Time est le meilleur jeu de la Nintendo 64. Mais aussi un des meilleurs jeux de tous les temps, si ce n’est le meilleur.

Score MetaCritic : 99

Super Mario 64

Super Mario 64

Super Mario 64, rien qu’à l’évocation de ce titre, nous transporte au milieu des années 90, une époque où le paysage vidéoludique était sur le point de connaître un changement monumental. Sorti en 1996 parmi les jeux de lancement de la console, Super Mario 64 a réinventé les jeux de plateforme.  

Imaginez la transition des mondes plats en 2d au défilement latéral des précédents jeux Mario vers un vaste monde ouvert en 3D de Super Mario 64. C’était tout simplement révolutionnaire. Les joueurs n’étaient plus confinés à se déplacer de gauche à droite, mais pouvaient explorer des mondes complexes dans toutes les directions.

L’innovation de Super Mario 64 ne se trouvait pas que dans le passage à la 3d, mais aussi dans le contrôle de notre plombier favori. Mario pouvait marcher, courir, sauter, s’accroupir et même marcher sur la pointe des pieds, avec des mouvements qui semblaient fluides et naturels. Le stick analogique de la manette N64 permettait une précision jamais vue auparavant dans un jeu de plateforme. Ce jeu a appris à une génération de joueurs que contrôler un personnage dans un espace 3D pouvait être intuitif.

Mais au-delà de ses réalisations techniques et de son impact sur l’industrie, Super Mario 64 occupe une place spéciale dans le cœur de ceux qui l’ont vécu à l’époque. L’exaltation d’exécuter un triple saut parfait pour atteindre une zone préalablement inaccessible, la satisfaction de collecter chaque dernière étoile, et l’émerveillement de découvrir un nouveau passage secret sont des moments gravés dans la mémoire des joueurs.

Super Mario 64 était plus qu’un simple jeu ; c’était un voyage partagé en territoire inconnu alors. Dans la liste des meilleurs jeux de la Nintendo 64, Super Mario 64 mérite sa place sur le podium.

Score MetaCritic : 94

GoldenEye 007

Goldeneye 007

Avant la sortie de GoldenEye 007 en 1997, le genre FPS était principalement l’apanage des PC. Les consoles avaient certes leurs succès, mais rien qui ne s’approchait de la profondeur et de la complexité des jeux PC. 

Puis vint GoldenEye 007, avec son scénario basé sur le film de James Bond de 1995, “GoldenEye”, ses niveaux conçus avec fidélité et, le plus mémorable, son mode multijoueur révolutionnaire. 

Il a créé une expérience cinématographique qui suivait l’intrigue du film tout en permettant aux joueurs d’explorer au-delà de ses limites. Les niveaux n’étaient pas justes une question de tirer sur tout ce qui bouge ; ils nécessitaient stratégie, discrétion et planification soignée. 

L’héritage de GoldenEye 007 est monumental. Il a prouvé que les jeux FPS pouvaient prospérer sur une console, influençant d’innombrables successeurs comme Halo et Call of Duty. Il a introduit des mécaniques, telles que viser avec précision et des missions sensibles au contexte, qui deviendraient des incontournables du genre.

GoldenEye 007 est probablement un des meilleurs jeux adapté du cinéma. Mais également un des meilleurs jeux de la Nintendo 64. 

Score MetaCritic : 96

The Legend of Zelda: Majora’s Mask

Zelda Majora's Mask

Sorti en 2000, The Legend of Zelda : Majora’s Mask a eu la lourde tâche d’être le successeur très attendu d’Ocarina of Time. Mais plutôt que de simplement suivre les traces de son prédécesseur, Majora’s Mask a tracé son propre chemin sombre et particulier, offrant une expérience sans pareille dans la série Zelda.

Situé dans le monde mystérieux et condamné de Termina, Majora’s Mask a introduit un mécanisme révolutionnaire de boucle temporelle. Vous aviez trois jours dans le jeu (équivalant à environ 54 minutes en temps réel) pour empêcher la lune de s’écraser sur le monde. Ce mécanisme temporel influençait tout des énigmes et quêtes au comportement des PNJ. La pression constante de gérer le temps ajoutait une intensité et une urgence rarement vues dans les jeux d’aventure.

Ce qui faisait la particularité de Majora’s Mask était son ton. Plus sombre, plus surréaliste et chargé de thèmes comme le deuil, la perte et le passage du temps — des thèmes peu explorés dans les jeux vidéo de l’époque. La capacité du jeu à jongler avec ces thèmes tout en respectant la formule traditionnelle de Zelda, faite d’exploration, de résolution d’énigmes et de combat, était tout simplement magistrale.

Le système de masques était une autre innovation, permettant à Link de se transformer en différents êtres, chacun doté de compétences uniques. Cela a non seulement ajouté de la profondeur au gameplay mais aussi à la narration, chaque transformation étant liée à l’histoire poignante d’un personnage affecté par la catastrophe imminente.

Majora’s Mask a été célébré pour son audace narrative, ses mécaniques innovantes et sa profondeur émotionnelle. 

À titre personnel, ma préférence va vers Ocarina Of Time, mais ce Majora’s Mask mérite sa place dans le top des jeux de la Nintendo 64. Nintendo a réussi le tour de force de réinventer un chef-d’œuvre. 

Score MetaCritic : 95

Super Smash Bros.

En tant que fan de jeux de baston, j’ai toujours trouvé la Nintendo 64 en manque cruel de titre du genre. Mais Lorsque Super Smash Bros. a débarqué en 1999, c’était comme si les créatifs de chez Nintendo m’avait entendu. Pour le coup, ils se sont vraiment lâchés. Voici un jeu qui prenait le panthéon bien-aimé des personnages de Nintendo et les jetait dans une arène pour se castagner. 

Le concept était audacieux : Mario qui donne des coups de poing à Link ? Pikachu qui électrocute Donkey Kong ? C’était comme si toutes les règles de l’univers avaient été jetées par la fenêtre, et ce qui les remplaçait, c’était du pur plaisir, sans filtre.

Le génie du jeu résidait dans sa simplicité. Contrairement à un jeu de baston Neo Géo traditionnels qui se basaient sur des combinaisons de boutons complexes et un timing précis, Super Smash Bros. était accessible à quiconque avec une manette en main. Les contrôles étaient simples, mais maîtriser le jeu en profondeur nécessitait une bonne dose de practice. Un très bon travail de Nintendo, qui a su offrir le titre à un public en quête de fun, mais malgré tout séduire un public friand de jeu plus technique.

Mais ce n’était pas seulement le gameplay qui a fait de Super Smash Bros. un hit ; c’est surtout son mode multijoueur qui donnait lieu à des heures de fun dont je pense que seul Nintendo a le secret.

L’héritage de la série continue de prospérer, chaque itération ajoutant plus de personnages, d’étapes, et de modes, mais en gardant la joie centrale et le chaos qui ont rendu l’original si aimé.

Super Smash Bros. est une expérience incontournable sur Nintendo 64.

Score MetaCritic : 79

Mario Kart 64

Mario Kart 64

Mario Kart 64, le frisson de la course, l’agonie d’une peau de banane bien placée et la douce satisfaction de franchir la ligne d’arrivée en premier. Mario Kart 64 était un rite de passage pour les propriétaires de Nintendo 64 lorsqu’il a dérapé sur la scène en 1996. Prenant la suite de son prédécesseur sur SNES, Super Mario Kart, cette suite a pris le fun chaotique des courses de kart et l’a suralimenté avec la puissance de la N64, offrant une expérience multijoueur qui était sans pareil à l’époque.

La transition vers la 3D a donné vie aux pistes de Mario Kart 64, des hauteurs vertigineuses de la Route Arc-en-ciel aux virages traîtres du Château de Bowser. Ce bond en avant a permis des parcours plus dynamiques, rehaussés par le stick analogique de la N64, qui offrait une direction précise et intuitive. 

Le jeu a introduit l’écran partagé pour quatre joueurs, transformant le jeu en un champ de bataille communautaire. La joie de lancer une carapace rouge parfaitement chronométré ou le désespoir d’être frappé par un éclair juste avant la ligne d’arrivée sont devenus des expériences partagées dont certains parlent encore aujourd’hui.

Mario Kart 64 offrait un niveau d’accessibilité qui le rendait aussi agréable pour les joueurs occasionnels qu’il était difficile pour les coureurs aguerris. 

Mario Kart 64 a ouvert la voie à la série qui fait le bonheur de la Switch encore aujourd’hui. Si comme moi, vous avez eu la chance de jouer à ce titre légendaire de la Nintendo 64, vous devez encore avoir des fous rires du mode battle.

Score MetaCritic : 83

Banjo-Kazooie

Banjoe Kazooie

Si Super Mario 64 a révolutionné les jeux de plateforme, Banjo-Kazooie, sorti en 1998, l’a sublimé. Rareware, le studio derrière de nombreux meilleurs jeux sur N64, a conquis le cœur de tous les joueurs de la Nintendo 64 à la fin des années 90 !

Ce qui distinguait Banjo-Kazooie, ce n’était pas seulement ses environnements luxuriants et détaillés ou sa bande-son enivrante, qui se modifie en temps réel. Chaque personnage, aussi petit soit-il, avait une voix unique qui donnait vie au jeu d’une manière rare à l’époque. L’humour du jeu, à la fois spirituel, impertinent et divertissant à l’infini, a donné naissance à un récit aussi captivant à suivre qu’amusant à jouer.

Graphiquement, Banjo-Kazooie est une merveille, plus beau, et plus vivant que Super Mario 64. Rareware a poussé la N64 dans ses retranchements et a prouvé qu’un éditeur tiers pouvait faire mieux que Nintendo. Le gameplay de Banjo-Kazooie est un sans-faute, vous maniez les deux acolytes en tirant parti des capacités propres de chacun pour progresser dans les niveaux.

Banjo-Kazooie a placé la barre très haut en ce qui concerne la narration axée sur les personnages, la construction d’un monde cohérent et une jouabilité attrayante.

Banjo-Kazooie est incontestablement un chef-d’œuvre de la plateforme 3D qui a marqué son époque. Sa richesse, son humour et son gameplay ingénieux en font un jeu incontournable pour tout fan de jeux vidéo. Banjo-Kazooie est Le meilleur jeu de plates-formes de la N64, ni plus, ni moins.

Score MetaCritic : 92

Star Fox 64

star fox 64

Star Fox 64, quelle claque ! Sorti en 1997, ce jeu n’était pas une simple suite, mais une véritable révolution qui propulsait Fox McCloud et son équipe dans la troisième dimension.

Star Fox 64 vous propulsez aux commandes de l’Arwing, un vaisseau spatial futuriste, et vous combattiez une horde d’ennemis extraterrestres. Le tout en 3D polygonale, avec des personnages entièrement doublé. Cela peut sembler banal aujourd’hui, mais à l’époque, c’était une véritable innovation dans le domaine des jeux vidéo.

Ce qui rendait Star Fox 64 unique, c’était son système d’embranchements. Vos choix et vos performances durant les missions influençaient le cours de votre aventure, vous menant vers différents niveaux et modifiant la fin du jeu. Un concept novateur qui encourageait la rejouabilité et la découverte.

Star Fox 64 était également livré avec le Rumble Pak, un accessoire révolutionnaire qui allait changer nos joysticks à jamais en ajoutant le force feedback à la N64. Chaque tir, chaque explosion, était ressenti comme jamais auparavant. 

Star Fox 64 a laissé une empreinte indélébile. Ses phrases cultes, comme “Do a barrel roll !” de Peppy, sont aujourd’hui encore des références.

Aujourd’hui encore, Star Fox 64 conserve son charme et sa magie. Il n’a pas pris une ride et continue de fasciner. Star Fox 64 est un jeu incontournable de la Nintendo 64.

Score MetaCritic : 88

Paper Mario

Paper Mario

Paper Mario, sorti en 2000, venait combler ce qui manquait cruellement à la Nintendo 64, un RPG. Ce titre offrait une charmante esthétique en 2D, et s’écartait résolument de la formule traditionnelle de Mario. 

Faisant suite au plus traditionnel Super Mario RPG sur la SNES, Paper Mario a réussi à se tailler une place à part. Il proposait une nouvelle approche du jeu de rôle, avec un système de combat au tour par tour à la fois accessible et profond, exigeant stratégie et timing au-delà de la simple pression d’un bouton. L’ajout de commandes d’action pendant les combats, permettant aux joueurs d’infliger des dégâts supplémentaires ou de se défendre plus efficacement en appuyant au bon moment sur les boutons, a ajouté une couche d’engagement peu commune dans les RPG de l’époque.

Au-delà de son gameplay innovant, Paper Mario se distingue par son histoire passionnante, certes pas au niveau d’un Final Fantasy, mais tout de même à souligner pour un Mario. Le fond reste familier, avec Mario qui doit sauver Peach de Bowser, mais la façon dont l’histoire se déroulait – à travers une série de chapitres ayant chacun sa propre mininarration et ses personnages uniques – était nouvelle et passionnante. Le jeu était rempli d’humour, d’émotion et d’un sens de l’aventure.

Le thème du papier allait au-delà d’un simple effet visuel. Il s’insérait astucieusement dans le gameplay. Par exemple, Mario pouvait se mettre de côté pour passer dans les fissures. Ceci soulignait l’importance du concept du papier, bien au-delà des graphismes.

Paper Mario est bien plus qu’un simple RPG. C’est une aventure unique et inoubliable qui nous invite à explorer un monde charmant et coloré, à vivre des combats palpitants et à tisser des liens avec des personnages attachants. 

Son histoire captivante, son gameplay innovant et son utilisation ingénieuse du thème du papier en font un jeu incontournable pour tout fan de RPG sur Nintendo 64.

Score MetaCritic : 93

Conker’s Bad Fur Day

Conker's Bad and Fury

Rare Studios a encore frappé sur la Nintendo 64. Conker’s Bad Fur Day, sorti sur Nintendo 64 en 2001, est l’un des titres les plus audacieux de la bibliothèque de la console. Il s’agissait d’un jeu qui osait être différent, rompant avec l’image familiale de Nintendo grâce à son humour grinçant, ses thèmes matures et un protagoniste aussi éloigné qu’on puisse l’être d’un héros traditionnel. Conker, un écureuil ayant un penchant pour la boisson et s’embarquant dans toutes sortes de mésaventures, offrait un contraste saisissant avec des personnages comme Mario et Link. 

Le jeu était une merveille technique pour l’époque, poussant la N64 dans ses retranchements avec des graphismes époustouflants, des environnements détaillés et un doublage impressionnant – une rareté à l’époque des dialogues textuels. Mais ce n’est pas seulement ça qui a permis à Conker’s Bad Fur Day de se démarquer, c’est aussi son gameplay. Le jeu était un mélange des genres, mêlant plateforme, tir, résolution d’énigmes et même de course dans une expérience cohésive qui n’était jamais décousue.

Mais ce qui distingue vraiment Conker’s Bad Fur Day, c’est son humour. Il était irrévérencieux, audacieux et souvent à la limite de l’absurde, avec des moments et des personnages mémorables qui sont depuis entrés dans la légende du jeu. Qui pourrait oublier le Grand Puissant Caca, chantant son ode opératique aux excréments, ou la Faucheuse qui détestait les chats ? Ces moments étaient choquants, hilarants et totalement originaux.

Bien que Conker’s Bad Fur Day soit un des meilleurs jeux de la Nintendo 64, il a été un échec commercial. Cela est dû, en partie, à une sortie à la fin de vie de la N64 et un ciblage plus mature que l’audience de la console de Nintendo. Par conséquent, il reste assez difficile à trouver aujourd’hui.
Si vous recherchez un jeu qui vous fera rire, réfléchir et vous surprendre, Conker’s Bad Fur Day est un must-play.

Score MetaCritic : 92

Donkey Kong 64

Donkey Kong 64

Sorti en 1999, Donkey Kong 64 était ambitieux. C’était le premier jeu de la série à proposer un environnement entièrement en 3D, s’inscrivant dans la lignée de Super Mario 64 et de Banjo-Kazooie. Mais il ne se contentait pas de copier ses prédécesseurs. Il se distinguait par des caractéristiques uniques, comme la possibilité de jouer avec cinq Kongs différents, chacun doté de ses propres capacités et ses mouvements spéciaux.

L’un des aspects les plus mémorables de Donkey Kong 64 est l’introduction de l’Expansion Pak. Cet accessoire améliorait la RAM de la N64, ce qui permettait d’améliorer les graphismes.

Le jeu était également réputé pour ses modes multijoueurs, qui offraient des heures de divertissement au-delà de la campagne principale. De l’explosion de barils aux courses effrénées, ces modes ont fait fureur lors soirées entre amis.

Donkey Kong 64 est un mélange d’innovation, d’ambition et de joie pure. Il a repoussé les limites de ce que l’on attendait d’un jeu Donkey Kong. Même si son nombre d’objets à collectionner était un peu trop élevé et ses niveaux parfois labyrinthiques, il reste un titre immanquable dans la bibliothèque de la N64. 

Score MetaCritic : 90

Perfect Dark

Perfect dark nintendo 64

Après un excellent GoldenEye 007, Rare récidive avec Perfect Dark, sorti en 2000.
Situé dans un monde futuriste, le jeu nous met dans la peau de Joanna Dark, un agent doué pour la furtivité, la stratégie et l’action.

Perfect Dark se distingue par sa profondeur et sa complexité. Le jeu a élargi la formule du FPS avec une campagne solo captivante, grâce à une narration captivante. Mais c’est dans son mode multijoueur qu’il a véritablement brillé. Perfect Dark a repris les bases bien-aimées de GoldenEye 007 et les a enrichies de nouveaux modes, d’options personnalisables et de l’ajout révolutionnaire de robots contrôlés par l’IA, permettant ainsi une expérience multijoueur robuste même en solo.

Techniquement, Perfect Dark était une merveille pour l’époque, poussant la N64 à ses limites. Il nécessitait l’Expansion Pak pour des graphismes améliorés et un gameplay plus fluide.

Rare s’est lâché avec Perfect Dark, ils ne se sont pas contenté de fournir une suite à GoldenEye 007, mais un FPS audacieux qui a influencé d’innombrables jeux de tir par la suite. L’accent mis par le jeu sur un protagoniste féminin fort était également en avance sur son temps, ouvrant la voie à une représentation plus diversifiée dans les jeux vidéo.

Perfect Dark est un des meilleurs FPS auquel j’ai joué, et pas que sur Nintendo 64.

Score MetaCritic : 97

Diddy Kong Racing

Diddy Kong Racing

Diddy Kong Racing, sorti en 1997 sur Nintendo 64, transcende le modèle établi par Mario Kart grâce à ses innovations marquantes. Le jeu se distingue non seulement par son choix varié de véhicules – voitures, aéroglisseurs, et avions – mais aussi par son système d’objets stratégiques et non aléatoires, ainsi que par l’introduction d’un mode solo narratif. 

Ce dernier offre une aventure captivante à travers Timber’s Island, un monde ouvert qui sert de hub pour accéder à des circuits thématiques et à des combats de boss, enrichissant l’expérience avec un récit qui donne du poids à chaque victoire.

Diddy Kong Racing tire pleinement parti des capacités de la N64, offrant des graphismes colorés et des environnements variés. La bande-son, entraînante et mémorable, contribue à l’atmosphère unique de chaque course.

Le casting de personnages, incluant Diddy Kong, Banjo, et Conker, ajoute une couche supplémentaire de charme au jeu. Leur présence, alliée à un mode multijoueur dynamique, a permis à Diddy Kong Racing de s’inscrire comme un incontournable de la N64, favorisant des moments de compétition joyeuse en famille ou entre amis.

Bien que s’inspirant clairement de Mario Kart 64, Diddy Kong Racing a imposé sa marque grâce à ces éléments distinctifs, démontrant l’habileté de Rare à innover et à enrichir le genre. Diddy Kong Racing est un classique intemporel et l’un des meilleurs jeux de course la Nintendo 64.

Score MetaCritic : 88

F-Zero X

F zero X

F-Zero X, sorti en 1998, est un jeu de course futuriste qui a révolutionné le genre par sa vitesse vertigineuse et son gameplay exigeant. Contrairement à d’autres titres de course de l’époque, F-Zero X se distingue par son cadre de science-fiction, où les joueurs pilotent des véhicules antigravité sur des pistes truffées de loopings, de virages serrés, et de sauts spectaculaires.

Le jeu brille par sa fluidité technique, affichant des courses à 60 images par secondes constantes, même avec 30 concurrents à l’écran, une prouesse remarquable pour la console. 

L’une des innovations majeures de F-Zero X est son mode “Death Race” et le système de “boost” qui permet aux joueurs de sacrifier une partie de leur énergie pour accélérer, ajoutant une couche stratégique à la compétition. 

La bande-son de F-Zero X, avec ses compositions rock énergiques, complète parfaitement l’ambiance futuriste et la vitesse frénétique du jeu.

F-Zero X offre un casting de personnages et de véhicules uniques, chacun avec ses propres caractéristiques. 

Sa réception critique a été largement positive, louant sa vitesse, sa jouabilité, et sa technicité, faisant de F-Zero X un classique culte et l’un des jeux de course les plus influents sur Nintendo 64.

Score MetaCritic : 85

Wave Race 64

Waves Race Nintendo 64

Wave Race 64, sorti en 1996, a marqué les esprits avec ses courses de jet-ski exaltantes. Le jeu se distinguait par ses graphismes époustouflants, particulièrement grâce à son rendu de l’eau réaliste, qui, associé à des couchers de soleil sur des plages paradisiaques, invitait au voyage. 

La physique de l’eau, influencée par une météo dynamique, ajoutait une profondeur inédite au gameplay, rendant chaque course unique.

Bien que Wave Race 64 offre une durée de vie qui peut sembler courte, il reste un incontournable de la Nintendo 64 et une référence dans le domaine des simulations de sports aquatiques. 

Ses modes de jeu variés, incluant des défis contre-la-montre et des championnats, ainsi que son multijoueur, ont contribué à son statut de classique. Malgré les années, Wave Race 64 reste un must have du catalogue de la Nintendo 64.

Score MetaCritic : 92

Conclusion

Nous arrivons à la fin de notre liste des meilleurs jeux Nintendo 64, il est clair que cette console emblématique a laissé une empreinte indélébile sur le cœur des joueurs et sur l’industrie du jeu vidéo. Chacun des titres que nous avons revisités témoigne de l’audace, de la créativité et de l’innovation qui ont défini la N64 en son temps.

Les meilleurs jeux Nintendo 64 de cette liste ont façonné des générations de jeux et de joueurs, établissant des standards de qualité et d’immersion qui inspirent encore les créateurs de jeux vidéo. De l’épopée fantastique d’Ocarina of Time à l’innovation multijoueur de GoldenEye 007, ces jeux restent des modèles de référence dans leurs genres respectifs.

En me replongeant dans les meilleurs jeux de la Nintendo 64, il est impressionnant de constater combien cette console de Nintendo a influencé les générations de jeux qui ont suivi.

Nous remercions la Nintendo 64 pour avoir façonné l’âme même du jeu vidéo.

Derniers Articles

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de...

Les Meilleurs Jeux Unreal Engine 5 à Venir

L'avènement d'Unreal Engine 5 marque une révolution dans le...

The Outer Worlds 2:  Date de Sortie, & Dernieres News

L'attente est insoutenable pour 'The Outer Worlds 2' d'Obsidian...

Avons-Nous Vraiment Besoin d’un Autre Borderlands ? 

Alors que Gearbox Software se prépare à dévoiler son...

A Ne Pas Rater

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de...

Les Meilleurs Jeux Unreal Engine 5 à Venir

L'avènement d'Unreal Engine 5 marque une révolution dans le...

The Outer Worlds 2:  Date de Sortie, & Dernieres News

L'attente est insoutenable pour 'The Outer Worlds 2' d'Obsidian...

Avons-Nous Vraiment Besoin d’un Autre Borderlands ? 

Alors que Gearbox Software se prépare à dévoiler son...

Borderlands 4 : Date de sortie, dernières rumeurs et tout ce que vous devez savoir

Alors que Gearbox Software s'apprête à dévoiler 10 nouveaux...
Lan Di
Lan Di
Lan Di est une figure connue parmi les Chi You Men. Avec son attitude froide et calculatrice et son regard perçant, il inspire la crainte à ceux qui croisent son chemin. Mais même les méchants ont besoin de passe-temps, et Lan Di passe son temps libre en tant que collaborateur de FinalBoss, charmant les lecteurs avec son esprit malicieux et ses idées astucieuses.

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de "Borderlands 4" se construit comme un bouclier Nova chargé, prêt à libérer une vague d'excitation...

Les Meilleurs Jeux Unreal Engine 5 à Venir

L'avènement d'Unreal Engine 5 marque une révolution dans le monde des jeux vidéo. Cette nouvelle version du moteur de jeu d'Epic Games ouvre la...

The Outer Worlds 2:  Date de Sortie, & Dernieres News

L'attente est insoutenable pour 'The Outer Worlds 2' d'Obsidian Entertainment, la suite de leur RPG d'exploration spatiale qui s'est vendu à plus de quatre...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here