Test Skull and Bones : Naufrage ou conquête des sept mers ? Notre verdict après 200h de Jeu



Après avoir fait couler beaucoup d’ancre, Skull and Bones est enfin là. La dernière franchise d’Ubisoft débarque après un tumultueux développement et de multiple report. Pour une raison qui m’échappe encore ce Skull and Bones est probablement le titre le plus détesté du moment, et beaucoup de gens tire à boulet de canon dessus.

Après avoir écumé l’Océan Indien pendant près de 200h à travers la closed beta, l’open Beta et le jeu final, il est temps pour moi de faire un bilan.
Comme je l’avais mentionné lors de ma preview durant la closed beta, le jeu m’avait déjà emballé, et la version définitive ne fait que confirmer cette première impression. Ce Skull and Bones est un très bon jeu. 

Bien sûr, Il n’est pas parfait et il y a des choses à redire, mais dans l’absolu, on s’amuse bien et c’est quand même ça l’essence même d’un jeu vidéo après tout.

Voyons voir plus en détail sur ce que le dernier jeu services d’Ubisoft a dans son cargo.


L’Accostage de Skull And Bones après 7 Années de Tempêtes.

À moins d’avoir passé les dernières années tel un naufragé sur une ile déserte, vous avez probablement suivi de près ou de loin le développement chaotique de Skull and Bones. En effet, le développement du titre d’Ubisoft Singapour a démarré en 2013 comme un DLC d’Assassin’s Creed IV : Black Flag. Ce n’est que plus tard que la décision d’en faire un titre à part entière a été prise. Officiellement dévoilé en 2017, Skull And Bones était prévu pour sortir en 2018, puis 2019, ensuite 2020… Et ainsi de suite jusqu’à 2024.


Finalement, depuis le 16 Février 2024, Skull and Bones est bel et bien là, disponible sur Playstation 5, Xbox Series X/S, PC, et Amazon Luna (Cloud Gaming).

Skull And Bones

Game name: Skull And Bones

Release Date: 16 Fevrier 2024

Available on: PC, PS5, XBox Series X, Amazon Luna, Ubisoft +

Buy Skull And Bones on Instant Gaming


Le test de Skull and Bones a été réalisé sur Xbox Series X en mode Graphique. Je reviendrai en détails plus tard sur la partie technique du jeu.

Ce N’est Ni Un Assassin’s Creed, Ni un Black Flag.

Test Skull And Bones

Skull And Bones est un open-world RPG multijoueurs de pirate. Votre but est de gravir les échelons de la piraterie pour devenir kingpin et régné en maitre sur l’océan Indien. Le jeu débute après une brève introduction où votre navire se fait couler, et vous vous retrouvez naufragé.
Une fois passé la création du personnage, vous prenez la barre d’une barque et devez trouver votre chemin vers Sainte-Anne, une des deux grandes villes du jeu. 

Cette introduction sert de tutoriel, ou vous devrez collecter quelques planches, et tuer des requins afin de vous familiariser avec le maniement de la barque. C’est vraiment une fois à Sainte-Anne que le jeu démarre. 

A Saint-Anne, vous rencontrerez le Kingpin local, John Scurlock qui voit en vous un potentiel allié. 

La trame scénaristique n’est certes pas du niveau d’un Final Fantasy 16, mais elle est tout de même agréable à suivre, c’est léger avec une touche d’humour, et cela nous met bien dans l’ambiance piraterie. 
Un peu plus tard dans votre progression, vous rencontrerez le deuxième kingpin, Admiral Rahma. Celle-ci se trouve à Telok Penjarah, la deuxième grande ville dans la région de l’Inde de l’Est.

Une fois votre premier navire crafté, il sera temps de partir en mer et c’est là que le grind commence. Afin d’atteindre le niveau Kingpin, vous allez devoir gagner, en infamie, le système d’XP de Skull and Bones. 

L’infamie se gagne en poursuivant la quête principale, mais également avec des contrats qui vous sont donnés par les NPC dans les villes ou dans les avant-postes.
Cela ira de récolter des ressources, couler des navires ennemies, attaquer des bases ou forteresse, à disrupter des routes commerciales.

Il existe aussi des contrats de bounty qui donne l’occasion d’affronter des boss. Vous aurez droit au bateau fantôme, au monstre de mer et d’autre bateau pirate qui vous donneront du fil à retordre. 

Ces bounty sont l’occasion de se grouper en co-op et vous pourrez appeler à l’aide lorsque vous affronterez ces boss. 

A noté que ces évents ne sont pas en PvP. Je reviendrai sur le PvP plus tard, dans une section dediée.
Ces contrats bounty respawn régulièrement, donc cela reste un bon moyen de farmer de l’infamie, des équipements, et du silver.

La co-op est aussi de la partie pour le pillage de bases ou l’attaque de fort. 

Durant ces pillages, vous devrait détruire des bâtiments, tout en coulant tous les renforts ennemis qui arrivent par vagues. Le plaisir de faire tomber une base ou une forteresse en co-op avec des inconnus, a quelque chose de jouissif.
Si vous êtes un vieux loup solitaire, vous pourrez tenter une approche en solo si votre navire est assez costaud. Mais lorsque vous êtes encore bas Level, cela est un peu tendu, car les ennemies arrivent par vague de 3-4 vaisseaux, et ils ratent rarement leurs cibles.


Cependant, lorsque vous montez en niveau, et avec un bateau plus costaud, comme le Snow qui encaisse bien, cela devient grisant de rester au milieu de tout ce petit monde pour couler tout ce qui bouge.

Mais Skull and Bones ne serait pas un vrai jeu de pirate sans carte aux trésors et autres légendes de pirates. Lors de votre périple, vous récupèrerez les fameuses cartes aux trésors, entendrez des rumeurs quand les NPC parlent ou encore en trouvant des lettres par-ci par là.

Les cartes aux trésors vous emmèneront dans des avant-postes afin de trouver des coffres remplis de loot, quant aux rumeurs, cela donne lieu à des investigations, vous entraînant à différents endroits de la carte. 

Si vous prenez le temps de suivre, de lire les indices, on se prend au jeu de découvrir des histoires de pirate assez sympathique. Certes, au final, c’est toujours, allez d’un point A à un point B, mais la narration est plutôt bien trouvé. 

Bien que le nombre de missions disponibles soient colossales, elles ne brillent pas par leurs diversités. Vous devrez, la plupart du temps, aller d’un point A à un point B tout en coulant les navires qui se dressent devant vous.

Gravir les échelons pour devenir Kingpin ne sera pas de tout repos, cela se mérite, et vous devrez passer par ces taches rébarbatives.
Mais le trésor en vaut la peine.


L’Aventure Terrestre Échouée

Test Skull And bones

Bien que Skull And Bones utilise le moteur Anvil, ce n’est pas un Assassin’s Creed. Ceux qui s’attendaient à une suite de Black Flag devront patienter. 

Dans Skull And Bones, les parties à terre sont limitées, deux grandes villes comme dit précédemment, et une trentaine d’avant-postes. 

Cette partie du titre m’a déçu, à Sainte Anne et Telok Penjarah, vous trouverez tous les commerces, du charpentier au forgeron, en passant par le fabricant de bateau, ainsi que de quoi faire le plein de contrat. J’aurais apprécié plus de diversité, notamment dans les NPC qui proposent, à quelques choses près, les mêmes items dans les deux villes. Également, quelques mini jeux pour se dégourdir les pieds n’aurait pas fait de mal.

Autre point noir, ce sont les avant-postes bien que le paysage change, la conception reste la même pour la trentaine disponible. Vous débarquez sur la plage, avec un NPC d’une faction qui propose des missions, la cache qui donne accès à votre stockage – Plutôt pratique – Puis en continuant, vous tombez sur une partie centrale ou vous retrouverez un feu de camp, et 2-3 NPC. 

Une fois que débarquerez sur votre 4 ou 5e avant-postes, clairement, vous vous sentirez partout comme à la maison. Même si les décors changent, et que certains sont absolument superbes – je pense notamment à la Nécropole, ou à Kaa Mangrove – C’est vraiment dommage qu’Ubisoft n’ait pas poussé plus loin cette partie et se soit contenté de faire du copié collé.

Du coup, le côté découverte des parties sur la terre ferme, en prend un coup. Il n’y a pas réellement un grand intérêt à vouloir naviguer à la recherche d’un nouveau lieu inconnu, si ce n’est pour les paysages. Même les caches de trésors ne font pas réellement appel à votre esprit de chasseurs de trésors. 

Une fois dans le bon avant-poste, c’est toujours plus ou moins caché au même endroit. Pour le côté surprise, on repassera. 

J’aurais vraiment aimé voir des avant-postes beaucoup plus travaillé, avec pourquoi pas des mini-jeux, des quêtes spécifiques, et des NPC pas toujours aux mêmes endroits, ou encore pas les mêmes NPC a trois différents avant-postes. Espérons qu’Ubisoft fasse un effort sur cette partie-là sur le contenu additionnel dans le futur.

Après la chasse aux trésors, l’un des aspects les plus emblématiques de la vie de pirate, l’abordage, prend une tournure différente dans Skull and Bones. Si vous pensiez aborder les navires ennemis et jouer du sabre, comme dans AC Odyssey ou Black Flag, vous pouvez passer votre chemin.
Dans Skull and Bones, l’abordage se fait avec une cinématique lorsque la barre de vie du vaisseau ennemi est presque vide. L’abordage vous permet de looter un peu plus que lorsque vous coulez un navire directement. Cela se révèle Intéressant quand vous êtes à la recherche d’une ressource en particulier. 

Le manque d’abordage est une critique qui revient souvent. À titre personnel, ayant passé des centaines d’heures sur AC Odyssey, c’est une partie du jeu qui devenait lourde à la longue, et que j’essayais d’éviter. Non pas que les combats n’étaient pas bien, loin de là, mais cela venait couper l’action et l’exploration.
D’ailleurs, à l’époque, si ma mémoire est bonne, bon nombre de joueurs n’avaient pas trop adhéré également. 

Bien que je comprenne que cela puisse déranger une partie des joueurs, pour ma part, je trouve que cela permet de rester concentré sur l’échange de boulet de canons entre navires. Et cela, Skull And Bones le fait très bien.

Touché Coulé


Le cœur du titre est les combats de navires. Ils sont pêchus, et bien qu’ils apparaissent à première vue arcade, ils vous demanderont une bonne dose de dextérité et de stratégie pour réussir à vous sortir de certains ennemis. En effet, il ne suffira pas d’appuyer sur la gâchette avec frénésie. Chaque bateau ennemi possède des points faibles, et afin de raccourcir vos affrontements, il faudra bien viser pour faire mouche. 

Lorsque la mer est calme, ce n’est pas un souci, mais lorsque vous affrontez une horde de pirates enragé pendant une tempête, ce n’est plus la même chanson. 

En fonction de là où vous toucherez vos ennemies, mais aussi en fonction des armes équipées, vous pourrez affliger des effets. Par exemple, en visant le mat et les voiles, vous allez les détruire et vos ennemis se retrouveront immobilisés. Certaines armes sont explosives et ajoutent un effet de brulage, ou un effet d’inondation. 

Cependant, vous n’êtes pas seul à pouvoir faire ça, et les autres pirates peuvent le faire également, et les navires contrôlés par l’AI qu’Ubisoft a lâché sur l’Océan Indien ont tous un trait commun. Il vise diablement bien ! 

Même en pleine tempête, à distance raisonnable, ces brigands vous balancent des torpilles qui ont un hitrate proche du 100%. Il faudra donc faire preuve de dextérité à la barre pour éviter d’être touché. 


Heureusement, en cas d’urgence, vous pourrez compter sur le brace, une sorte de bouclier qui vous rend invincible aux attaques. Bien sûr, il s’use et consomme votre barre de stamina, en conséquence ne comptez pas uniquement sur cela pour vous sortir du pétrin. 

Quant à la barre de stamina, elle représente la fatigue de votre équipage. Lorsque celle-ci est vide, vous ne pourrez plus utiliser toutes les voiles, et donc votre vitesse sera réduite. Il faudra alors faire le plein de nourritures pour recharger votre stamina. 

Concernant la nourriture, il est possible d’en looter mais aussi de ‘cuisiner’ des plats qui vous offrent des buffs, comme une meilleure résistance, ou bien le stamina qui se régénère, et bien d’autres.

Ces affrontements épiques en haute mer soulignent l’importance cruciale d’avoir un navire non seulement rapide et maniable, mais aussi parfaitement équipé pour faire face à tous les dangers. C’est ici qu’entre en jeu l’art de la personnalisation et de l’amélioration de votre navire, permettant à chaque capitaine de forger son propre destin sur les flots tumultueux de l’Océan Indien.

La Mer N’Appartient qu’aux Hommes Armés


Vous avez beau être un as de la barre, et un pirate courageux, vous ne vivrez pas longtemps dans les eaux dangereuses de l’Océan Indien sans un équipement à la hauteur. 

Pour cela, Ubisoft a sorti l’artillerie lourde. La profusion d’équipement, d’armes et de personnalisation pour votre vaisseau est impressionnante. La personnalisation est telle, qu’il est peu probable que vous croisiez un autre apprenti pirate avec les mêmes décorations que vous. C’est plutôt sympa, et Ubisoft Singapour a fait fort de ce côté-là.


Outre la personnalisation stylistique, il vous faudra augmenter votre puissance de feu afin de parcourir l’Océan en toute sécurité. Et il y a de quoi faire, des boulets de canon aux torpilles, en passant par l’arbalète qui transperce la coque de vos ennemis ou encore les lances roquettes, chaque pirate trouvera une arme qui lui convient.

Vous pourrez fabriquer des armes classiques chez le forgeron après avoir acheté ou looter le blueprint, ou encore trouver des armes légendaires sur certains boss ou lors d’event PvP.
En effet, dans Skull And Bones, hormis certaines armes que vous pourrez acheter directement à la timonerie en échange des fameuses pièces de 8, ou auprès des Kingpin régional contre certaine commodité comme le Gold Skull Rhum, il vous faudra les crafter. 


Le craft tient une part très importante dans le jeu, hormis les cosmétiques pour votre personnage ou le bateau, tout ou presque vous demandera de passer par la case crafting, pour améliorer votre navire. Les armes, armures, munitions et même navire devront être crafté une fois que vous aurez le bon blueprint.


Les améliorations apportées à votre vaisseau augmentent son level, et vous permettent d’aborder certaines zones avec plus de confiance. C’est une véritable course à l’armement pour faire de votre navire un monstre des mers. 

En ce qui concerne les bateaux, ils sont aux nombres de 11, 1 vient d’être rajouté avec la saison 1. Bien qu’ils aient tous des caractéristiques différentes, je regrette un peu qu’il n’y ait pas plus d’incitation pour alterner les navires. Une fois que vous avez récupéré le Brigantine, le Snow, ou la Barque, il n’y a pas grand intérêt à retourner sur un autre navire. 

Le Brigantine est un bateau qui est rapide, et qui inflige un grand nombre de dégâts, tandis que le Snow, et un tank capable d’encaisser sans rechigner. Cela aurait été vraiment bien d’avoir des missions qui nécessite un certain type de bateau pour nous forcer à récupérer tous les navires, et s’en servir.
Pour ma part, j’utilise le Snow en tant que daily driver, et le brigantine quand je pars en collecte des fameuses Pièces de 8.

Une fois que vous aurez confectionné votre navire en un titan des mers grâce à des armes et des améliorations soigneusement choisies, vous serez peut-être prêt pour commencer votre empire maritime. Car la véritable mesure de votre domination se révèle à travers la quête des pièces de 8, le sésame vers le fameux end game.

Obtenir du Rhum Gold Skull


2 Jeux Pour le Prix D’un

La première partie de Skull and Bones, durant votre ascension de matelot à Kingpin, est un peu comme un voyage tranquille sur l’Océan Indien. Cette phase se caractérise par des contrats à honorer, des navires adverses à envoyer par le fond, et quelques escarmouches PvP pour affuter vos canons, le tout dans une ambiance plutôt bon enfant. 

Vous amassez des tonnes de ressources, et contemplait votre nombre de pièces d’argent grandir en vous demandant bien dans quoi vous allez bien pouvoir dépenser votre magot. 

Lorsque j’ai atteint le niveau Kingpin, j’avais quasiment un demi-million de pièces d’argent, et mon stockage aussi rempli qu’un collectionneur addictif au vide-grenier. Je trouvais que le système économique du jeu était foireux, et que finalement l’argent n’était pas vraiment utile comme dans nombre de jeux du genre.
Mais ça, c’était avant que je devienne Kingpin, et que le fameux endgame tant prônait par Ubisoft se débloque.

La fortune sourit aux audacieux

Lorsque vous atteignez le niveau Kingpin, la dynamique du jeu change, ou plutôt évolue. Le fameux endgame, offre de nombreuses nouvelles activités et transforme Skull And Bones. 

Finis de faire le larbin pour John Scurlock. Vous êtes Kingpin, votre rôle est maintenant de développer votre propre empire et le faire fructifier.
Pour ce faire, il va vous falloir saisir des usines, en gros toutes les villes côtières où vous vous arrêtiez pour trader, ou piller en fonction de votre humeur, deviennent des proies dans votre quête de pouvoir. 


Mais vous ne serez pas seul à avoir cette idée ! Bon nombre de vos camarades fraichement nommé Kingpin sont également en quêtes de pouvoir et veulent les mêmes usines. Du coup, c’est lors d’évent PvPvE que vous lutterez non seulement contre l’IA, mais aussi contre des adversaires humains, afin de vous emparer de ces usines. 

Le but n’est pas de couler tout le monde, mais plutôt d’infliger le plus de dégâts a l’IA pour réussir la prise de contrôle. L’idée est vraiment excellente. 
Une fois l’évent terminé, et après avoir fait main basse sur les usines, celles-ci vous rapporteront les fameuses pièces de 8. Plus vous agrandirez votre empire en saisissant d’usines, plus vous produirez de pièces de 8. Celles-ci, vous donnerons accès à des équipements parmi les plus puissants du jeu, mais aussi de monter au classement online. 

Avec 76 usines à conquérir sur la carte, la quête de pouvoir et de richesse semble sans fin.
D’autant qu’à chaque saison, Ubisoft va réinitialiser votre empire, et vous devrez reconquerir ces usines. Chaque saison durera 90 jours. 

Uber Ship


Cette partie du jeu demande un peu plus de réflexion pour ne pas transformer votre aventure dans Skull and Bones, en travail quotidien ressemblant à de l’Uber delivery derrière le joystick. Une fois que vos usines commencent à tourner, il faudra récupérer vos pièces de 8, et les ramener à bon port. Durant cette activité, le fast travel est désactivé et vous devrez rejoindre Saint-Anne ou Telok Penjarah pour sécuriser votre cargaison. 

Seulement des bateaux Rogue vous attendront pour essayer de chiper votre magot, rendant l’expérience ardus. 

Bien qu’Ubisoft ait revu l’agressivité de ces ennemies dans une récente update, ils restent toujours coriaces et vous devrez être sur le qui-vive. Il m’est arrivé de détourner mon attention pendant quelques minutes, et lorsque j’ai repris la manette, mon navire avait été coulé par un de ces flibustiers. Clairement, la collecte ne sera pas une promenade de santé.

Il faudra donc optimiser votre temps, réfléchir à quelle usine prioriser, quel chemin sera le plus efficient pour récupérer suffisamment de Po8, sans y passer des heures. J’avais pour ma part commencé à récupérer toutes les usines des iles rouges, avant de me rendre compte que certaines produisent plus vite que d’autres.

Cette collecte peut vite se transformer en corvée, et il ne sera pas rare de devoir passer 20-30 mn à naviguer rien que pour récupérer les Po8. Un peu contraignant quand vous ne jouez pas des sessions de plusieurs heures d’affilée.
J’aurais aimé un système avec la possibilité d’envoyer par exemple un navire humain ou AI pour récolter à ma place moyennant commission. Après tout, un Kingpin ne devrait pas faire les sales besognes. 

Edito : Ubisoft vient de fournir le patch Y1S1.3 qui transforme la collecte des Po8. Dorénavant, le funding des usines durent plus longtemps ainsi que le stockage, ce qui permet de ne plus devoir faire des collectes de Po8  aussi souvent qu’auparavant. Cette mise à jour du système est très bénéfique, et enlève la sensation que la collecte est votre daily job.

Anno 1800

Posséder des usines exige un investissement constant, tant en pièces de 8 pour leur amélioration qu’en pièces d’argent pour leur fonctionnement. La gestion de nombreuses usines devient rapidement onéreuse, faisant fondre votre magot comme la neige au soleil. 

Quand vous avez 2-3 usines, ça va. Quand vous en avez 20, ça commence à piquer. Il vous faudra donc gagner de l’argent. Beaucoup d’argent! 

Et pour cela, vous aurait plusieurs solutions. Lorsque vous remplissez des contrats, vous serait rétribué avec quelques pièces d’argent, mais avec les besoins de financement des usines, vous vous apercevrez vite que les récompenses sont trop faibles.

Délit d’initié 


Le commerce de commodités représente une véritable aubaine financière dans Skull and Bones. Étant donné que chaque région affiche des besoins spécifiques, les prix des marchandises varient considérablement d’un endroit à l’autre et fluctuent avec le temps. Ainsi, une cargaison de vanille peut se vendre à prix d’or dans un port affamé de cette denrée, tandis que son prix pourrait baisser dans les heures suivantes, reflétant le dynamisme économique du jeu. Cette volatilité des prix ajoute une couche stratégique au commerce, vous invitant à guetter le moment propice pour acheter bas et vendre haut, sans bêtement vendre toutes vos commodités au premier NPC qui passe.

Mais cela ne s’arrête pas là, vous avez aussi la possibilité de jouer les corsaires des temps modernes. Repérez les galions marchands en route vers les avant-postes, et en les envoyant par le fond, vous provoquerez une pénurie temporaire de leurs cargaisons, faisant ainsi monter les prix sur le marché local. Sadique, mais lucrative. Après tout, vous êtes un pirate, donc, comportez-vous comme tel !

Ce concept est amusant et ingénieusement intégré au jeu.

Un autre bon moyen de gagner de l’argent est le PVP, et cela nous amène à la partie multijoueurs de Skull And Bones. 

Friendly Pirate

A l’exception de Phantasy Star Online sur Dreamcast, ou de WoW. Je n’ai jamais été un friand des MMORPG, probablement dû au fait que j’ai grandi à l’époque de la Neo Géo ou encore de la N64 où le multijoueurs se faisait chez les copains. 

L’aspect PvP de Skull And Bones est plutôt bien intégrée au jeu, et conviendra à tous les types de joueurs. Cependant, il peut s’avérer un peu frustrant.

Depuis la mise à jour du patch patch Y1S1.3, le PvP est disponible partout pour ceux qui le désire, et ceci est une très bonne chose. Une option pour activer le PvP est disponible lorsque vous embarquez sur votre navire, si vous l’activez, l’Océan Indien devient un terrain de jeu pour se tirer dessus entre pirate amateur. Vous ne pourrez cependant couler que les joueurs qui ont activé le PvP, donc ici pas question de martyriser les joueurs qui ne le veulent pas. C’est une excellente update de la part d’Ubisoft, cela permet vraiment de contenter tous les types de joueurs.
Comme indiqués précédemment, les activités online, offrent du Co-op, où vous affronterez l’IA à plusieurs lors de pillage ou lors de World Évent pour attaquer certaines flottes de navires. 


La partie PvP pur est dure, propose des Cutthroat Cargo ou vous devrez récupérer une carte au trésor, et trouver l’avant-poste dans lequel vous attend un coffre avec un bon pécule, et des items. 

Lors de la sortie du jeu, cette partie PvP était pour ainsi dire bancale, en effet, il suffisait d’attendre que quelqu’un récupère la carte, et en localisant ou le joueur se dirigeait, vous pouviez vous téléporter grâce au fast travel, et juste attendre que le joueur arrive pour le couler avant qu’il ne débarque sur l’Outpost. Pas très fair play. Encore un bon point du patch Y1S1.3, est que le voyage rapide est maintenant banni lorsque vous joignez un évent PvP, ce qui évite ce genre de soucis. C’est vraiment appréciable de voir qu’Ubisoft écoute la communauté et update le jeu de la sorte.

Cette update rend le PvP des Cutthroat Cargo beaucoup plus intéressant.
Autre activité PvP est le Helm Wagers. Lorsque vous collectez vos Pièces of 8, la timonerie vous proposera de les doubler ou de tout perdre. Un peu comme la roulette Russe, en mode pirate. Si vous acceptez, vous devrez vous rendre à l’autre bout de la map, tout en survivant des autres joueurs qui tenteront de récupérer votre magot. 

Je dois dire que je ne participe que peu à ce type d’évent. La première fois, j’ai été déconnecté, et j’ai donc perdu mes Pièces of 8, ce qui m’a gentiment agacé, et je ne suis pas en quete du maximum de Pieces of 8 possibles. 

Lors de ces évents, vous tomberez fréquemment sur des groupes de pirates, qui se protègent, ou alors vous attaque en groupe, ne vous laissant que peu de chances de survivre. Oui, Skull and Bones est un jeu de pirate. Et certains joueurs sont impitoyables. Malgré tout, l’ambiance du jeu reste très bon enfant, et vous trouverez bons nombres de joueurs prêt à vous aider, que ce soit via Reddit, ou encore sur le discord du jeu. Je vois régulièrement des Kingpins, droper des items pour les nouveaux joueurs, ainsi que proposer leurs aides pour certains évent. Je trouve cela très agréable.

Globalement, il y a de quoi faire avec le multijoueurs pour vous tenir en haleine assez longtemps, surtout que les activités en Co-op sont très fun à mon goût. 


Ma critique sur le online est le nombre de personnes par serveur, avec uniquement 20 joueurs. Cela peut paraître beaucoup, mais finalement, c’est assez peu. Par conséquent, il m’est arrivé fréquemment de faire des Cutthroat Cargo tout seul, tout comme les PvPvE pour récupérer les usines. 

Pratique si vous voulez avancer assez vite dans le jeu, mais je trouve que cela gâche un peu le plaisir par moment. Doublez le nombre de joueurs dans les serveurs ne serait pas de trop à mon avis. D’autant que la map de Skull And Bones fait 620km2, ce qui est quand même assez grand.
Techniquement, le netcode est bon, mais j’ai tout de même souffert de quelques déconnections assez ennuyantes. Cependant, hormis une fois lors d’un Helm Wagers, ou j’ai perdu quelques Pieces of 8, en général cela n’a pas d’incidence sur le jeu.

Le netcode c’est bien beau, mais la technique du jeu en lui-même, ça donne quoi ?

Oh Mon Bateau, Tu Es Le Plus Beau Des Bateaux

Skull And Bones

Skull And Bones est beau, et offre des panoramas à couper le souffle grâce à une direction artistique réussi. Les trois différentes régions ont chacune leurs propres cachets, le monde fourmille de détails qu’il est difficile de capter aux premiers abords. Vous apercevrez des éléphants sur la côte africaine, les oiseaux s’envolent lors de votre passage près des cotes, des oiseaux viendront se poser sur votre navire… Et j’en passe. 

Et l’Océan alors ? Parce qu’après tout, vous y passerez la plupart de votre temps dessus. Il est également très réussi, probablement un des meilleurs rendus de l’eau qui m’ait été de voir dans un jeu vidéo. Que cela soit la physique des vagues ou la réverbération du soleil et des éclairs, l’eau a bénéficié d’un travail approfondi par l’équipe d’Ubisoft.

Il faut dire que les derniers Assassin’s Creed, de Origins à Mirage, ont des graphismes époustouflants. Skull And Bones n’échappe pas à la règle, même s’il reste en deçà d’un Assassin’s Creed Mirage. 

Le seul défaut notable du rendu de l’eau et l’écume qui vole ressemble à un léger paquet de pixels me rappelant les nuages de X-Plane 12. Rien de dramatique cependant.

La météo, qui se veut dynamique, est, elle aussi, impressionnante. Impressionnante dans le sens ou les tempêtes en mer ont réellement un impact sur la maniabilité du bateau et sur la visibilité. 

Par contre, avec 200 h de jeu au compteur, les endroits où il y a de la tempête, sont plus ou moins toujours les mêmes, tout comme les lieux où la mer est calme. Le vent aussi, qui impacte fortement la vitesse et le comportement des bateaux, a une tendance à toujours se mettre face à vous. Quand vous arrivez à le prendre dans le dos, pleine voile, c’est grisant et votre bateau va s’envoler à la moindre vague.


Bien que les avants postes et les villes ont leurs propres charmes, votre personnage et les PNJ sont par contre sont un peu décevants. Ils sont loin du rendu qu’on a pu voir dans Mirage.

Comme précisé plus haut, j’ai joué la plupart du temps en mode graphique sur Xbox Series X. Le jeu tourne bien dans ce mode, le seul point noir est la baisse de frame rate lors des combats sous les tempêtes où il a du mal à tenir du 30 FPS, cela est assez gênant. En mode performance, cela résout le souci au détriment d’une légère baisse de qualité graphique. 

Immersion Acoustique au diapason


L’ambiance acoustique de Skull and Bones n’est pas en reste. Les bruitages de la coque en bois du bateau qui craque, les vagues qui s’éclatent contre la poupe, les éclairs lors des tempêtes. Toute l’acoustique du jeu participe à l’ambiance très prenante du titre. Et que dire des chants de pirates de votre équipage ? On s’y croirait !

Que cela soit graphiquement ou musicalement parlant, l’atmosphère de ce Skull and Bones vous imprègne jusque dans vos os. Entre deux escarmouches avec des navires ennemis, se laisser porter au couché de soleil avec vos matelots qui chante à quelque chose d’extraordinaire. Un vrai voyage.

Movie Review Ratings
8

FinalBoss Verdict: Skull And Bones

“Skull and Bones” n’est peut-être pas le jeu de pirates ou le quadruple A que beaucoup attendaient. Mais la dernière incursion d’Ubisoft dans le genre MMORPG est un titre qui se bonifie au fil du temps, grâce a un End Game intéressant, et des mises à jour régulières du développeur qui est à l’écoute des joueurs.

“Skull and Bones” n’est pas un navire parfait, rencontrant parfois des vagues agitées en termes de répétitivité et d’exploration des terres, mais il offre des batailles navales captivantes, un océan richement détaillé et un multijoueurs plein de bonnes idées.

Malgré le mécontentement suscité par sa longue gestation et l’ombre d’Assassin’s Creed : Black Flag, Skull And Bones réussit à se forger une identité propre. 

“Skull and Bones” ne plaira pas à tout le monde, personnellement, j’ai vraiment passé du bon temps avec ce jeu, et je continue. Il mérite une chance de faire chavirer votre cœur de pirate. 

Derniers Articles

Les Franchises de Sega qui Méritent un Mome-back

Sega occupe une place particulière dans mon cœur de...

Les Rumeurs Concernant Resident Evil 9 Indiquent une Nouvelle Direction Terrifiante

Resident Evil s'est imposé comme une valeur sûre dans...

Comment Obtenir le Rhum Gold Skull dans Skull and Bones ?

Ohé, les pirates ! Si vous naviguez dans les...

Les 15 Meilleurs jeux de la Nintendo 64

Lorsque la Nintendo 64 a fait son entrée sur...

A Ne Pas Rater

Les Franchises de Sega qui Méritent un Mome-back

Sega occupe une place particulière dans mon cœur de...

Les Rumeurs Concernant Resident Evil 9 Indiquent une Nouvelle Direction Terrifiante

Resident Evil s'est imposé comme une valeur sûre dans...

Comment Obtenir le Rhum Gold Skull dans Skull and Bones ?

Ohé, les pirates ! Si vous naviguez dans les...

Les 15 Meilleurs jeux de la Nintendo 64

Lorsque la Nintendo 64 a fait son entrée sur...

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de...

Les Franchises de Sega qui Méritent un Mome-back

Sega occupe une place particulière dans mon cœur de joueur, remontant à l'époque de ma première console, la Master System. Ces souvenirs sont gravés...

Les Rumeurs Concernant Resident Evil 9 Indiquent une Nouvelle Direction Terrifiante

Resident Evil s'est imposé comme une valeur sûre dans le domaine des jeux d'horreur. Les deux dernières éditions et les multiples remakes n'ont fait...

Comment Obtenir le Rhum Gold Skull dans Skull and Bones ?

Ohé, les pirates ! Si vous naviguez dans les eaux traîtresses de "Skull and Bones" à la recherche du légendaire Rhum Gold Skull, vous...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here