Test Street Fighter 6: Le Maitre du Versus Fighting est de retour.

Des Retrouvailles Nostalgiques

Street Fighter est sans doute la franchise de jeu de combat la plus emblématique du monde vidéoludique. Avec le lancement du 6ème opus, l’univers du versus fighting vibre de nouveau. Pour tous ceux qui ont consacré des années à parfaire leurs Hadoukens et Sonic booms, c’est bien plus qu’un simple jeu. C’est une épopée d’émotions, de voyages, de souvenirs.

Pour des vétérans comme moi, SF6 n’est pas qu’un nouvel épisode, c’est un retour aux sources, une chance de réveiller le combattant qui sommeille en nous.

Mais Capcom a des ambitions plus vastes pour Street Fighter 6 : il s’adresse autant aux aficionados qu’aux novices.

Que vous soyez un combattant aguerri ou que vous découvriez l’arène, ce titre mérite votre attention. Et nous allons détailler pourquoi dans ce test.

Test Street Fighter 6

Un héritage marquant

Le premier “Street Fighter” sorti en 1987 était un pionnier, offrant aux joueurs une expérience de combat unique pour l’époque, même s’il faisait pâle figure en comparaison de ses successeurs en termes de finition et de profondeur. Cependant, c’est “Street Fighter II” qui a véritablement marqué la série sur la carte mondiale des jeux vidéo. Ses mécanismes de jeu incroyable pour l’époque et ses personnages aux styles de combats distincts en ont fait un classique instantané. Au fil des mises à jour, Capcom a introduit de nouveaux personnages et de nouveaux mécanismes de jeu, dont “Super Street Fighter II Turbo”, qui a introduit le concept des “Super Combos” et dévoilé l’énigmatique combattants…Akuma.

La série Alpha, bien qu’étant une préquelle en termes de narration, était progressiste en termes de gameplay. “Street Fighter Alpha 3″ est particulièrement remarquable. L’introduction de trois styles de combat, connus sous le nom d'”ismes”, offrait aux joueurs une profondeur stratégique sans précédent. Street Fighter Alpha offrait egalement une direction artistique cartoonesques tres reussi. Pour ma part c’est un des Street Fighter sur lesquels j’ai passé le plus de temps durant mon adolescence a grand coup de jump medium cross over et de combots diaboliques.

La sortie de Street Fighter III a suscité des sentiments mitigés. Au début, les fans ont été déconcertés par la composition presque entièrement nouvelle des personnages, seuls Ryu, Ken, Akuma et Chun-li étant de retour. Mais aussi du a la faible distribution du jeu qui a débuté exclusivement dans les salles d’arcade et qui a été introduit plus tard sur la Dreamcast.

Cependant, au fur et à mesure que les joueurs se plongeaient dans ses mécanismes complexes, en particulier le système de parade introduit dans “3rd Strike”, il est devenu l’un des titres les plus exigeants en termes de compétences de la série. Même après deux décennies, Street Fighter III : 3rd Strike est toujours présent dans les tournois, ce qui témoigne de son attrait durable.

L’affrontement emblématique entre Justin Wong et Daigo “The Beast” Umehara en est l’illustration.

Street Fighter IV arriva 9 ans plus tard après que Capcom avait délaissé la série, suite au fiasco commercial de Street Fighter 3. Street Fighter IV a marqué le début d’une nouvelle ère pour la série mais également pour le genre.

En introduisant des modèles de personnages en 3D tout en conservant un plan de combat en 2D, Street Fighter IV a su moderniser la série. L’apparition du “Focus Attack” a ajouté une nouvelle couche de stratégie.

La version finale, “Ultra Street Fighter IV”, a élargi la liste des combattants et introduit les mécanismes Red Focus et Double Ultra, offrant aux joueurs encore plus de profondeur tactique.

Le dernier volet principal, “Street Fighter V”, bien que controversé à ses débuts en raison de son manque de contenu – oui Mr Capcom, on se rappelle encore tous que le mode story n’est apparu que bien après la sortie !

La sortie de l’Arcade Edition a constitué une refonte importante, offrant divers modes réclamés par les fans et introduisant un second déclencheur V pour les personnages. La “Champion Edition” a encore affiné le jeu, débloquant une pléthore de contenu et introduisant de nouvelles compétences V.

Capcom a su écouter les commentaires des joueurs et introduire des fonctionnalités innovantes sans s’aliéner le cœur des fans. Alors que la série se poursuit avec ce 6 ème épisode, Capcom ne déroge pas à la règle, et nous offre encore une révolution.

Street Fighter 6 réussit a offrir un gameplay qui ravit les vétérans du versus gaming, mais aussi les néophytes. Voyons ca de plus prêt.

Street Fighter 6 RPG : Mode World Tour


Vous souvenez-vous de Tobal, cette série de Squaresoft qui était un mix RPG avec des combats entre des personnages dessinés par Akira Toriyama ?
Eh bien le mode world tour de Street Fighter 6 est un Tobal Next Gen avec les personnages de Capcom. Ce mode vous permet de créer un avatar et de vous balader dans les rues de Metro City où des quêtes, des challenges, et des combats de rues vous attendent.

Vous commencez comme apprenti de Luc, le jeu vous emmène à la rencontre des personnages principaux, tel Chun-li, Jamie, Ken, Ryu… qui deviendront vos mentors.

Cela vous permet d’apprendre des mouvements spéciaux et faire évoluer votre avatar avec un mix de coups spéciaux dont on a tous rêvé. Balancez des Hadouken, et un spinning kick de Chun-li ou encore un Sommersault de notre ami Guile…c’est possible dans ce mode World tour.
Au-delà des combats, vous naviguez dans Metro City qui proposent des paysages urbains plutôt bien détaillés. Lors de vos balades vous rencontrerez différents PNJ qui soit vous donnerons des quêtes, ou vous pourrez également défiez les autres combattants de rues. Lorsqu’un combat démarre, le mode open world cesse, et le plan 2d des combats se lance.
Les quêtes proposent une narration bien ficelée et l’histoire arrive à vous tenir en haleine jusqu’au dénouement ou vous affrontez JP. Bien sûr on est loin de la narration d’un Final Fantasy 16, mais le mode world tour, est rafraichissant et également un bon training mode pour les nouveaux joueurs.

On regrette cependant que Capcom est choisi des adversaires avec des boites en cartons sur la tête, ou encore des frigos ( oui oui des frigos). Pour le coup, il semblerait que les développeurs de ce mode aient passé trop de temps à fumer avec Dee-Jay.

Malgré ce petit bémol, le mode world tour est une aventure solo inattendue et agréable qui vous demandera une petite 15aines d’heure pour compléter la quête principale et 25h si vous voulez achevé toutes les quêtes secondaires. Vraiment pas mal pour un jeu de baston.

Battle Hub : Street Fighter Metaverse

Après avoir créé votre avatar unique dans le mode World Tour vous pourrez rejoindre le Battle Hub – également accessible depuis le menu principal.

Le mode Battle Hub vous transporte dans une vaste néo salle d’arcade, une sorte de Meta verse pour fan de castagne.

L’agencement est plutôt intuitif. Sur votre gauche, le compteur d’événements qui vous permet de suivre les tournois en cours. Sur la droite, vous trouverez la boutique du Hub, qui présente une gamme d’équipements et d’accessoires en constante évolution, disponibles à l’achat pour personnaliser encore plus votre avatar.

Mais c’est l’Arène centrale qui constitue le cœur du Battle Hub. Des machines d’arcade permettent aux joueurs de s’affronter en duel en utilisant le roster principal ou d’être spectateurs des batailles en cours.

Vous y trouverez également une zone de combat unique réservée aux avatars, où les joueurs peuvent opposer leurs personnages personnalisés à d’autres, en utilisant l’équipement et les compétences qu’ils ont acquis. Préparez vous a des combats surprenants.


Le Battle Hub rend aussi hommage à la riche histoire de Capcom. Le Game Center permet de s’adonner à des classiques tels que “Méga Man”, “Street Fighter II”, ​​ou encore Final Fight. Les jeux changent régulièrement, et il est fort probable que Capcom ajoute encore du contenu dans le futur. L’intégration de ce Battle Hub dans Street Fighter 6 ajoute de la profondeur et de l’engagement au jeu, qui ne se limite plus aux combats mais s’enrichit d’une expérience plus large.

C’est un témoignage de l’engagement de Capcom à faire évoluer la série Street Fighter et, selon moi, c’est l’une des fonctionnalités les plus innovantes du jeu.

Fighting Ground Mode: The essentials.

Le mode Fighting Ground est le mode le plus classique de ce Street Fighter 6. Il comprend un mode arcade qui suit les histoires propres à chaque personnage, le mode ‘entraînement, le mode Bataille extrêmes et les combats en ligne.

Dans le mode ‘batailles extrêmes’, des éléments dynamiques sont introduit tels que des taureaux enragés qui perturbent les combats, ou encore des règles différentes comme devoir gagner le match en effectuant certaines actions, ou encore scorer un certain nombre de points. Ce mode ajoute une touche imprévisible qui intensifie les combats solos. 

Capcom n’a pas refait les erreurs de Street Fighter 5, et nous livre un mode arcade complet dès la sortie du jeu, et cela fait plaisir. Vous apprendrez un peu plus sur l’histoire des 18 personnages qui composent le roster de ce 6 ème épisode. Au moment de la rédaction de ce test, Rashid et AKI ont été introduit, portant le compte à 20 personnages en tout.

Le roster de départ de ce Street Fighter 6 est diversifiée, avec les classiques comme Ryu, Ken et Cammy, Guile, E.Honda, ainsi que 6 nouveaux venus: JP, Jamie, Manon, Marisa, Kimberly, Lilly. Bien que l’absence de certains personnages emblématiques au lancement constitue une petite déception, surtout pour les fans de longue date comme moi. 

La sélection initiale est plus que suffisante pour que chaque joueur trouve leurs comptes.

Bien sûr, Capcom a d’ores et déjà annoncé son intention d’introduire de nouveaux personnages au fil du temps, dont nombreux seront issues des précédents épisodes.

Fighting in Paradise.

L’attention apportée aux détails dans Street Fighter 6 est immédiatement palpable lorsque vous lancez le jeu. Chaque personnage dégage un charisme saisissant, tandis que les environnements méticuleusement conçus mélangent harmonieusement le charme nostalgique des stages classiques avec des graphismes modernes et visuellement époustouflants. Il est difficile d’identifier une scène en particulier, car l’ambiance distincte de chaque décor témoigne de son caractère unique. De la vibrante Fête Foraine à Paris à l’impressionnante scène de Tian Hong Yuan, inspirée des temples enchanteurs du Jardin Yu de Shanghai, en passant par le Colosseo de Marisa, chaque lieu est magistralement exécuté, préparant le terrain parfait pour des combats intensifs.

L’approche de Capcom en matière de design des personnages a considérablement évolué depuis SF5, abandonnant l’esthétique cartoonesque et introduisant des modèles plus ” réalistes ” avec une modélisation 3D soignée.

Dans le feu de l’action, les animations sont exécutées avec une grande finesse, capturant élégamment les mouvements fluides des personnages au fur et à mesure qu’ils portent leurs coups. Le spectacle visuel est encore rehaussé par des mouvements spéciaux tels que les ultras arts, les Drive impacts ou les Drive rushs, pour lesquels les effets spéciaux ont fait l’objet d’une attention particulière.

Le choix de la musique quant à lui, ne laisse pas un souvenir particulièrement mémorable, la musique rap modern des menus dénote dans le jeu, et les OST…comment dire, même après 200h de jeu, je ne connais pas une seule Sound Track. On espère que Capcom nous offrira la possibilité de rajouter les anciens morceaux qui ont participé à faire la gloire de la série.

Modern Controls Vs Classic Controls : Une voie vers l’accessibilité

Une des nouveautés les plus décriés de ce SF6, est l’apparition de nouveau type de contrôles. Capcom a ajouté un Mode Modern control rendant l’exécutions des combos et coups spéciaux plus simple pour les néophytes. Activez par défaut lorsque vous démarrez le jeu, le mode Modern Controls offre des commandes simplifiées avec attaques légères, moyennes et lourdes sans distinction entre coup de poing et coup de pied. En pressant la touche ‘Assist’ et un autre bouton, l’AI se charge pour vous d’effectuer la meilleure action fonction de la situation. Bien que se révélant particulièrement utile pour les nouveaux joueurs, ce modern control mode ne vient pas sans point négatifs. En effet, les coups infligent un peu moins de dégâts, et vous êtes privés de certains coups spéciaux.

Comme son nom l’indique le mode Classic control, quant à lui, est le système de commande que les joueurs historiques de Street Fighter connaissent et apprécient. 3 boutons de poings, 3 boutons de pieds, pas de touche assist, ce mode offre une profondeur de jeu beaucoup plus élevé que le Modern Control, et donne un accès complet à tous les coups spéciaux et combos de chaque personnages.

Cette approche de Capcom est un effort louable pour élargir le public du jeu sans diminuer le défi pour les joueurs expérimentés qui disposent du mode classic control.

Street Fighter 6 Coeur du Gameplay.

Il est temps de parler du cœur du jeu. Le gameplay. Et en termes de mécanique de jeu, Street Fighter 6 a placé la barre très haut pour les jeux de combat.

Les premiers retours des joueurs affirmaient que certains mécanismes, tels que le Drive Impacts rendait le jeu trop accessible, et sous-entendait que le jeu favorisait les débutants qui spamme les boutons avec frénésie. Il n’en est rien.

Derrière cette perception initiale, se cache un gameplay extrêmement profond et complexe qui exigent une compréhension approfondie pour être vraiment maîtrisées.

Street Fighter 6 exige une adaptation continue et à faire évoluer vos stratégies. Chaque personnage dispose d’un large éventail de capacités. Vous devrez donc vous familiariser avec les forces et les faiblesses de tous les personnages si vous voulez avoir une chance. Le jeu récompense ceux qui investissent du temps pour comprendre les subtilités de chaque personnage. Faisons un tour complet des mécaniques de cette nouvelle itération.

Drive Gauge System

Un mécanisme clé de Street Fighter 6 est le Drive Gauge System. Il ajoute une couche de complexité et de profondeur tactiques, poussant les joueurs à trouver un équilibre délicat entre l’attaque et la défense.

En dessous de votre barre de vie, vous trouverez la Drive Gauge Meter. Cette barre composée de 6 cases vous donne accès a des moves bien précis. Drive Impact, Parry, Overdrive, Drive Rush et Drive Reversal.

Chaque utilisation d’un de ces mouvements consomme votre Drive Gauge Meter. Une fois celle-ci vidé, vous entrez en burnout, et vous ne pouvez plus faire ces moves.

Bien que la jauge se reconstitue avec le temps et au fil du match, il est essentiel de bien la gérer sous peine de vous retrouver à la merci des attaques de votre adversaire.

Drive Impact

Assez similaire à la Focus Attack de Street Fighter IV, le Drive Impact (DI) est à la fois un bouclier défensif et une arme offensive. Tous les personnages peuvent l’exécuter en appuyant simultanément sur HP + HK , ce qui leur permet d’absorber les attaques entrantes et de riposter. Cela peut sembler simple, mais maitriser le DI peut vous permettre de retourner un match en ouvrant une brèche dans la défense de votre adversaire. Si votre adversaire vous attaque, contrer avec un DI permet de le placer dans un état vulnérable et qui vous offre la possibilité d’enchainer avec un combo discuteur.

Attention cependant, le Drive Impact reste assez facilement punissable, si votre adversaire vous a entamé un move qui fait plus de 2 hits combo, votre DI sera annulé et vous serait a la merci de votre adversaire. Tout comme un DI lancé a l’aveugle, sera punis par une chope ou…un contre DI.

Drive Rush 2 moves for the price of one.

Le Drive Rush est un peu comme un système de “dash” avancé. Il s’agit d’un mode dans lequel votre personnage fonce sur l’adversaire à grande vitesse. Mais il ne s’agit pas seulement de réduire les distances, c’est en fait une tactique idéale pour les assauts soudains ou pour transformer une défense à distance en une attaque rapprochée. Il s’effectue en maintenant MP + MK enfoncée et deux fois Avant.

Mais le Drive Rush n’est pas unique ; il possède deux formes :

Lors d’un combos le Drive Rush prend un autre visage, il fait office de cancel et vous permet de lier des coups qui ne le serait pas en temps normal. Exemple Ryu ne peut enchainer 2 HK. Mais avec le Drive Rush Cancel, cela devient possible. Une fois maitrisé, vous avez la possibilité d’infliger des combos destructeurs a votre adversaire.

Cependant, cette puissance a un prix : l’annulation de Drive Rush consomme trois blocs de Drive. A utiliser avec modération donc.

Drive Parry

Le Drive Parry est similaire a celui de Street Fighter 3 : 3rd Strike, bien que plus facile à exécuter. Alors que le Parry de SF3 demandait une maitrise d’expert. Le Drive Parry de Street Fighter 6 s’effectue en appuyant et en maintenant simultanément MP + MK. Le drive Parry bloque toutes les attaques entrantes, les attaques aériennes, les spéciaux, les supers et même le Drive Impact. La seule attaque que le Parry ne bloque pas est une projection.

Bien entendu, le Parry n’est pas gratuit et draine rapidement votre Drive Gauge Meter. Lorsque vous arrivez à timé parfaitement un Parry, vous effectué un…Perfect Parry, qui ne consomme pas de Drive Gauge Meter et vous permet de contre attaquer votre adversaire.

Overdrive

L’Overdrive est bien connu des épisodes précèdent, il s’agit en fait d’un coup spécial EX. L’Overdrive dépense 2 barres de votre jauge de Drive Meter, vous obtenez un coup spécial amélioré. Ryu par exemple voit son hadouken infligé 2 hits combots et envoi l’adversaire au tapis. Cela offre également des frames d’invincibilité, et vous permettra de sortir de situations périlleuses, notamment lorsque vous vous trouvez coincer dans le coin.

Drive Reversal

Drive Reversal est similaire au V-reversal déjà présent dans Street Fighter Alpha et Street Fighter 5. C’est une contre-attaque que vous pouvez utilisée lorsque votre adversaire prend l’avantage et que vous souhaitez le repousser. Bien qu’infligeant peu de dégâts, le Drive Reversal permet d’interrompre les attaques de votre ennemi et vous donner un peu d’air

Street Fighter 6 : La maîtrise par la stratégie

Au milieu des Hadoukens, des Spinning Bird Kicks, Sonic Boom et des Drive Impacts, l’âme de Street Fighter 6 est profondément enracinée dans les principes fondamentaux du jeu de footsie. Si les coups spéciaux tape-à-l’œil peuvent attirer l’attention, la véritable maîtrise du jeu passe par la compréhension du zoning et de l’appât que représente le footsies.

Street Fighter III : Third Strike a marqué l’histoire du jeu de combat, non seulement grâce à ses mécanismes sophistiqués, mais aussi grâce à l’importance qu’il accorde au jeu de footsie. Aujourd’hui, Street Fighter 6 ramène les joueurs sur ce terrain sacré, rappelant aux vétérans et enseignant aux nouveaux venus l’art du zoning et du timing.

Un jeu de footsie efficace permet de briser les défenses de l’adversaire, en profitant de ses faux pas. Lorsque vous réussissait à tromper votre adversaire en lui faisant commettre une erreur et que vous placez un combo destructeur en réponse, c’est là que la véritable essence de SF6 brille. C’est une danse, un jeu du chat et de la souris, où chaque faux pas peut mener au désastre, et où chaque coup bien placé peut faire basculer le momentum du match.

La beauté de ce Street Fighter 6 réside dans son universalité. Que vous fassiez vos premiers pas dans le monde des jeux de combat en versus ou que vous ayez passé des années à perfectionner votre art, les mécanismes de SF6 s’adressent à tous les joueurs. SF6 met constamment à l’épreuve les facultés mentales de chacun : stratégie, adaptation et prédiction, créant ainsi une narration de jeux d’esprit qui se déroule à chaque combat.

Et même si aucun jeu n’est exempt de défauts, Street Fighter 6 est porteur d’une promesse d’évolution. Malgré des problèmes comme la puissance de certains personnages (Allo Ken?) ou la frustration occasionnelle causée par les boucles de chopes, le jeu incarne la quintessence du vs fighting actuellement. La dernière itération de Capcom ne met pas seulement les joueurs au défi de gagner, mais aussi de s’adapter constamment et d’affiner leurs compétences.

Street Fighter 6 offre plus que des combats : il propose des histoires. Des histoires de persévérance, de stratégie, d’adaptation et de développement personnel. Dans un paysage rempli de jeux de combat, SF6 s’installe fermement, prêt à laisser une empreinte durable en perpétuant l’héritage historique de la franchise.

Street Fighter 6 s’impose comme un véritable champion. Il offre un large éventail de fonctionnalités, un système mécanique méticuleusement conçu et une liste de personnages qui allie familiarité et innovation. Alors que les premières impressions pourraient qualifier certains mécanismes de “rudimentaires”, une compréhension plus approfondie révèle l’intelligence de leur conception. L’accent mis par Street Fighter 6 sur le contrôle des connaissances et l’adaptation en fait un jeu qui récompense l’intelligence et la stratégie plutôt que la force brute.

9

Street Fighter 6 Test : FinalBoss Verdict

En fin de compte, Street Fighter 6 incarne l’essence même du plaisir de jouer. Il capture l’esprit de spectacle et de compétition qui a fait la réputation de la série et l’enveloppe dans un emballage visuellement époustouflant. L’ambition du jeu d’attirer un public plus large tout en conservant le cœur de son gameplay est un exploit remarquable..

Avec un roster robuste, des combats visuellement captivants et des modes qui ajoutent de la profondeur et de la variété, cet épisode est prêt à consolider le statut légendaire de Street Fighter pour les nouveaux joueurs comme pour ceux qui reviennent.

Street Fighter 6 n’est pas seulement un jeu, c’est une expérience qui invite à libérer l’esprit du combattant en vous et une célébration d’un héritage qui a façonné le genre des jeux de combat.

Derniers Articles

Les 15 Meilleurs jeux de la Nintendo 64

Lorsque la Nintendo 64 a fait son entrée sur...

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de...

Les Meilleurs Jeux Unreal Engine 5 à Venir

L'avènement d'Unreal Engine 5 marque une révolution dans le...

The Outer Worlds 2:  Date de Sortie, & Dernieres News

L'attente est insoutenable pour 'The Outer Worlds 2' d'Obsidian...

A Ne Pas Rater

Les 15 Meilleurs jeux de la Nintendo 64

Lorsque la Nintendo 64 a fait son entrée sur...

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de...

Les Meilleurs Jeux Unreal Engine 5 à Venir

L'avènement d'Unreal Engine 5 marque une révolution dans le...

The Outer Worlds 2:  Date de Sortie, & Dernieres News

L'attente est insoutenable pour 'The Outer Worlds 2' d'Obsidian...

Avons-Nous Vraiment Besoin d’un Autre Borderlands ? 

Alors que Gearbox Software se prépare à dévoiler son...

Les 15 Meilleurs jeux de la Nintendo 64

Lorsque la Nintendo 64 a fait son entrée sur le marché en 1996, elle a transformé le paysage du jeu vidéo, introduisant des innovations...

Borderlands 4 : Que nous réserve l’avenir en matière d’histoire et de gameplay ?

Dans l'univers toujours plus vaste de Borderlands, l'attente de "Borderlands 4" se construit comme un bouclier Nova chargé, prêt à libérer une vague d'excitation...

Les Meilleurs Jeux Unreal Engine 5 à Venir

L'avènement d'Unreal Engine 5 marque une révolution dans le monde des jeux vidéo. Cette nouvelle version du moteur de jeu d'Epic Games ouvre la...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here